• niedziela, 22 października 2017 r.

Stéphanie d’Oustrac, Mozart et les Russes extraordinaires

 

Arrière-petite-nièce de Francis Poulenc et de Jacques de La Presle, Stéphanie d'Oustrac naît à Rennes d'une famille originaire de l'Aveyron. Même si, dès l'enfance, elle fait partie de la Maîtrise de Bretagne dirigée par Jean-Michel Noël, elle envisage d'abord une carrière d'actrice avant de se consacrer à l'art lyrique. À cet effet, elle suit pendant près d'un an les cours de chant d'Oleg Afonine. Elle quitte Rennes après le baccalauréat et rejoint le Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon. Elle y obtient en 1998 le premier prix de chant. Avant même sa sortie du Conservatoire, elle attire l'attention de William Christie, qui la fait travailler dans le cadre de l'ensemble des Arts florissants. Elle profite de son enseignement et de celui de Marc Minkowski avant d'élargir son répertoire à Berlioz, Fauré et Britten. De 1998 à 2002, elle multiplie les « seconds rôles » dans des productions de qualité puis, à partir de 2002, tient le rôle-titre d'œuvres comme Les Paladins (Jean-Philippe Rameau), Médée (Marc-Antoine Charpentier), Armide et Atys (Jean-Baptiste Lully), La Périchole, La Belle Hélène et Les Contes d'Hoffmann (Jacques Offenbach), Carmen (Georges Bizet), Béatrice et Bénédict (Hector Berlioz) ou encore Pelléas et Mélisande (Claude Debussy).

Podobne materiały

Zostaw komentarz

Wpisz kod antySPAMowy *